Identifier en permanence la valeur pour mieux la développer et l’exploiter

Les droits de type technique (brevets), ou artistiques (droits d’auteur), peuvent générer des revenus issus de licences d’utilisation accordées à des tiers. On peut alors parler de valorisation directe des droits. Les droits de type concurrentiel (marques et designs) se prêtent moins bien, ou pas du tout, à une valorisation directe. Les droits de type concurrentiel ont pourtant une valeur importante et agir pour augmenter cette valeur est évidemment souhaitable. Cependant, dans ce cas, la valorisation est essentiellement indirecte et elle passe par une capitalisation de la notoriété et de l’attractivité.

Selon la manière dont la protection est conçue et organisée, on peut faciliter, ou rendre plus difficile, la capitalisation de la notoriété et de l’attractivité, et par conséquent exercer une influence sur la valeur et l'exploitation du droit.

Il est bien clair que ces aspects sont au cœur de la stratégie de l’entreprise et que notre rôle se borne à suggérer et à fournir au management les outils les mieux affûtés pour réaliser sa stratégie. Jouer ce rôle nécessite de notre part une bonne dose d'expérience, celle-ci est notamment illustrée à la page « Portfolio ».

Enfin, la valorisation peut aussi signifier simplement mettre les droits à l’actif du bilan du titulaire. Ici aussi, nous avons mis au point un instrument qui permet de fournir les données pertinentes.